Accueil du site > Découvrir > Actualités > Archives 2012 > Octobre - Novembre > Réunion publique - Terril St Pierre

Réunion publique - Terril St Pierre

Habitants de la cité des Combes, de la cité des Mas, du Montcel, du centre ville... ce sont près d’une soixantaine de personnes, plus ou moins éloignées du terril, qui ont répondu présent à l’invitation de la société SMTV le mercredi 21 novembre.
Stéphanie Pigeron, responsable du site, a ouvert la rencontre en présentant l’ensemble des activités : extraction du schiste, recyclage du béton et de l’enrobé, négoce de matériaux, stockage de déchets inertes de la construction. Mais c’est plus précisément sur les moyens mis en œuvre pour limiter leurs impacts sur l’environnement qui ont été présentés aux riverains.

Des moyens pour limiter les effets sur l’environnement

Gestion des poussières
Depuis juin 2012, le système d’aspersion qui évite aux poussières d’être déplacées hors du site a été rénové et étendu. Une automatisation de l’arrosage des chaussées(10min toutes les 30min) et un nettoyeur de roues pour les camions sortants ont été installés.
Pour suivre les retombées de poussières dans l’environnement, des mesures sont réalisées annuellement à travers 6 stations de prélèvement. Les résultats attestent d’un empoussièrement faible (de 21 à61mg/m²/jour)

Gestion du bruit
Les opérations de concassage pour le recyclage du béton et des enrobés ou pour l’extraction du schiste sont les principales sources de bruit sur le site. Le démantèlement de l’installation fixe en juin 2012 a permis d’éliminer un certain nombre de nuisances sonores.
Désormais, l’activité de concassage se fait à l’aide de concasseurs mobiles implantés dans des emplacements appropriés afin de limiter les impacts sonores (derrière le stock de matériaux pour le recyclage des enrobés, en fond de fosse pour le recyclage du béton ou au plus près des fronts de taille pour l’extraction du schiste). Là encore, comme pour les poussières, un suivi des émissions du bruit est réalisé par un cabinet extérieur mettant en avant le respect des critères d’émergence sonore.

Des résultats d’analyses sanitaires rassurants

Deux chercheurs de l’Ecole des Mines de Saint Etienne étaient présents pour expliquer et commenter les résultats des analyses portées sur les composés émis par les fumerolles et l’exposition des salariés ou de la population.
Deux campagnes de mesures ont d’ores et déjà été réalisées depuis 2009. Des analyses très pointues qui ont nécessité le déploiement d’une station météo sur site et de gros moyens d’outils de mesure sur 8 points différents de la commune. Après ces deux campagnes, les deux techniciens sont unanimes : pas de risques sanitaires pour la population en air ambiant et dans l’environnement.
D’autres études viendront complétées ces derniers résultats. Un suivi sur le long terme avec des contrôles périodiques et une nouvelle campagne de mesure en été sont donc en perspective.