Information sur la qualité de l’eau

Le 21/11/2022

Suite aux nombreuses plaintes reçues en Mairie concernant le goût et l’odeur de l’eau potable ces derniers temps, voici plusieurs éléments de réponse transmis par Saint-Étienne Métropole, qui a la charge de la compétence eau.

Potabilité de l’eau :
 il est important de préciser que si les qualités de l’eau distribuée ont été altérées (odeur, goût, couleur), sa potabilité a toujours été assurée. Les analyses effectuées en réseau durant toute l’année 2022 le prouvent.

Plusieurs évènements ont contribué à dégrader les qualités de l’eau distribuée au cours de l’année 2022 :
1 – Changement de réactif de désinfection à l’usine de Latour :
Mise en place du chlore gazeux plus facile à mettre en œuvre et moins dangereux pour les agents d’exploitation. Ce réactif a néanmoins une action différente sur le biofilm qui tapisse l’intérieur des canalisations de distribution, action qui génère des phénomènes enzymatiques s’accompagnant de goûts et odeurs plus ou moins variables selon les secteurs et dans le temps. Cet épisode devrait néanmoins s’atténuer au fil des mois, mais il est difficile d’évaluer sa durée.

2 – Concentration en manganèse de l’eau du barrage du Cotatay :
L’exceptionnel épisode de sécheresse de 2022 a entraîné une forte baisse du niveau du barrage du Cotatay qui alimente en eau les communes du Chambon-Feugerolles et de La Ricamarie. Fin août, Saint-Etienne Métropole a été obligée d’utiliser une seconde prise, dite « basse », car située à un niveau inférieur sur le barrage. Les variations de température au sein de la masse d’eau ont aussi contribué à remettre en suspension des éléments naturels tels que le manganèse, l’ammonium et autres matières organiques. La concentration en manganèse s’est avérée telle qu’elle a conduit à dégrader les qualités de l’eau distribuée par la station de Latour.

3 – Changement de ressource en eau : 
Suite à la génération de goûts et odeurs liée à l’élément manganèse, la Métropole a été contrainte d’abandonner la ressource du Cotatay pour favoriser celle du Lignon (barrage de Lavalette offrant une meilleure réserve). S’agissant d’une eau différente, celle-ci répond forcément différemment au traitement de potabilisation et produit donc un goût différent. Par ailleurs, cette eau contient beaucoup de carbone organique total amenant la station de Latour en limite de capacité. Ce carbone ne pouvant être totalement éliminé, des goûts et odeurs apparaissent du fait de sa réaction avec le réactif de désinfection. Enfin, le carbone organique total donne une légère couleur à l’eau.

Perspectives :
Les services de Saint-Étienne Métropole travaillent actuellement avec la société SUEZ, qui exploite la station de Latour, pour améliorer au mieux le traitement et abattre les goûts et odeurs.
Néanmoins, seuls :
– le retour à une situation hydrologique normale (autorisant l’utilisation du barrage du Cotatay),
– et la stabilisation des interactions du nouveau désinfectant utilisé (chlore gazeux) avec le réseau existant, permettront de rétablir une bonne qualité de l’eau distribuée. Cet équilibre mettra encore plusieurs mois à être atteint.

Soyez assuré·e que les élu·es de La Ricamarie suivent de très près ce dossier en lien avec la Métropole.